Quand doit-on payer le courtier ?

courtier

En matière de finances, les services de courtage deviennent de plus en plus utilisés depuis quelques années en raison de l’expansion des opérations dans le domaine immobilier. Un courtier est une personne qui sert d’intermédiaire entre un commercial qui vend des produits ou des services et un acquéreur intéressé. Le courtier n’est pas une partie prenante des dossiers qu’il gère. Il n’est que le négociateur qui permet aux deux parties de tirer le meilleur profit de la transaction. Les domaines d’intervention des courtiers sont variés, bien qu’ils soient le plus souvent axés sur l’immobilier et sur les assurances. Employer un courtier présente de nombreux avantages, moyennant une rémunération. Comment et quand faut-il payer le courtier ?

Les attributions du courtier

Le courtier représente le pont entre une entreprise ou un particulier proposant un produit ou un service et un acheteur potentiel. Il peut travailler de façon indépendante ou dans une agence spécialisée, l’agence de courtage. Il aide des particuliers à effectuer des prêts immobiliers chez les organismes financiers, notamment les banques. Dans ce sens, il est un intermédiaire en opérations de banque et en service de paiements (IOBSP). Au-delà de son rôle de négociateur, le courtier effectue de nombreuses autres activités liées à son métier.

Le courtier se charge de l’analyse du marché sur lequel il exerce. Cette analyse lui permet de tenir un rôle de conseiller auprès de ses clients en raison de son expertise. Il constitue les dossiers de ces derniers et les suit jusqu’au bout de la procédure. Il peut aussi porter la cape de notaire et de médiateur. Le courtier gère les dossiers dont il est responsable et dont il assure la mise en forme de la procédure de confirmation. De même, il peut être amené à gérer les litiges qui pourraient survenir dans l’exécution du contrat par les parties concernées.

Les avantages du recours aux services d’un courtier

Recourir à un courtier constitue une solution plus sécurisée pour les transactions. Cela est dû au fait qu’il est un professionnel qui connaît son travail pour l’avoir étudié. Il entretient des relations étroites avec ses partenaires du monde de la finance et de ce fait, est au courant des meilleures offres qui se trouvent sur le marché. Il est donc en mesure d’obtenir des avantages plus intéressants pour ses clients. Le taux de réussite d’un courtier est élevé, car il possède un réseau qui lui permet de connaître les variations des taux d’intérêt ainsi que les politiques de crédit des organismes qu’il côtoie.

La rémunération du courtier

La rémunération du courtier est sujette à certains critères qui dépendent de son positionnement. Ainsi, on distingue les courtiers gratuits des courtiers payants. Toutefois, qu’il soit gratuit ou payant, le courtier n’est rémunéré qu’après l’obtention de résultats.

Quelle est la composition de la rémunération du courtier ?

Le courtier perçoit une première rémunération de la banque. Ces frais qu’il reçoit en tant qu’apporteur d’affaires se distinguent des frais de courtage ou des frais bancaires. Les frais de courtage représentent généralement 1 % du montant du crédit octroyé. Ainsi, plus ce montant est élevé, plus les frais de courtage sont importants. Ils peuvent aussi être des tarifs forfaitaires fixés préalablement par le courtier. Les frais de courtage sont calculés sur la base de la complexité du dossier traité, des réductions obtenues par le courtier, du temps passé sur le dossier et du crédit obtenu après les négociations avec la banque. Il est important de noter que tous les courtiers ne facturent pas de frais de courtage.

Le positionnement du courtier

Le positionnement du courtier détermine la nature payante ou gratuite de son activité. Cependant, le terme gratuit est une exagération. La catégorie des courtiers gratuits est composée de ceux qui ne perçoivent pas de frais de courtage de la part de leurs clients. Ils se contentent de la commission octroyée par la banque. Dans cette catégorie, on retrouve aussi certaines agences de courtage en ligne qui sont spécialisées dans la mise en relation du client avec la banque la plus appropriée. Ils ne se chargent pas des négociations. Les courtiers payants, quant à eux, sont ceux qui récupèrent les frais supplémentaires facturés aux clients.

Le paiement de la facture du courtier

Le contrat liant un emprunteur à un courtier ne le contraint pas à verser une quelconque rémunération à ce dernier si les conditions négociées avec la banque ne lui conviennent pas. Le courtier est donc tenu d’obtenir des résultats satisfaisants s’il veut toucher ses frais de courtage. Une fois que le prêt immobilier est engagé et que l’argent est mis à la disposition du prêteur, le courtier se retrouve en droit de réclamer ses frais à son client. De même, ce n’est qu’après la conclusion définitive des négociations que la banque octroie au courtier sa commission. Il n’y a donc pas de paiement sans résultat.

Simulez votre prêt immobilier
Profitez des meilleurs taux sans engagement, résultat immédiat