Comment récupérer de la trésorerie pour une entreprise ?

trésorerie entreprise

La trésorerie est une composante essentielle de la situation d’une entreprise. Elle conditionne sa liquidité au quotidien et doit lui permettre d’assumer ses obligations envers ses partenaires (fournisseurs, l’Etat pour les impôts, salariés). Elle lui permet également d’anticiper pour faire face à la survenance de nouveaux risques comme la perte d’un client important, de nouvelles contraintes normatives. Les crises de trésorerie sont le principal facteur des défaillances des entreprises. Dès lors, gérer sa trésorerie est un objectif essentiel pour toute entreprise.

Quels sont les leviers dont elle dispose pour agir sur sa trésorerie et sa liquidité ?

Pour agir sur sa trésorerie, l’entreprise devra gérer les différentes composantes de sa trésorerie.

Le renforcement des fonds propres et l’augmentation du fonds de roulement qui s’en suit, ne sera pas abordé car il résulte de la décision des actionnaires et ne fait pas partie de l’éventail de mesures à portée rapide du gestionnaire de la trésorerie.

Par contre les 3 composantes majeures de la trésorerie doivent faire l’objet d’une gestion dynamique du trésorier.

La gestion des stocks

Plus ils sont élevés, plus ils pèseront sur la trésorerie. Ils constituent toutefois souvent un élément majeur de l’ADN de l’entreprise et de son offre, un facteur de différenciation par rapport à ses concurrents. Pour améliorer sa gestion l’entreprise devra donc rechercher à optimiser et tendre vers le stock utile : un stock trop élevé va dégrader la trésorerie alors qu’un stock insuffisant peut lui faire rater des opportunités commerciales : les délais de livraison pour se fournir sont souvent trop longs. Seuls le professionnalisme et l’expérience permettront au gestionnaire de trouver le bon ajustage des niveaux des stocks.

La gestion du poste « clients »

La pratique des délais de paiement consentis entre les entreprises est un élément essentiel des échanges commerciaux en France. Ils ont un impact négatif sur la trésorerie des entreprises car elles retardent les paiements effectifs. Le gestionnaire de la trésorerie devra donc à tout moment rechercher le bon équilibre entre ces délais et les contraintes commerciales, avec toutefois des limites à cet exercice que sont la concurrence et le rapport de force avec les clients qui peut être défavorable à l’entreprise, face à la grande distribution par exemple.

La relance des clients retardataires, voire leur mise en demeure, est aussi une bonne manière de récupérer de la trésorerie.

La mobilisation de ces encours clients peut aussi constituer un moyen pour récupérer de la trésorerie : les banques ou des sociétés spécialisées peuvent racheter ces créances, en créditant immédiatement l’entreprise de son montant, diminué d’intérêts financiers. Différentes techniques sont pratiquées : l’escompte, l’affacturage (rachat de créances).

La gestion des délais de paiement accordés par les fournisseurs

Une autre méthode pour améliorer la trésorerie consiste à demander aux fournisseurs d’allonger les délais de paiement qu’ils accordent à l’entreprise. L’exercice comporte toutefois les limites de la confiance accordée par le fournisseur : plus les délais sont allongés, plus les encours augmentent et avec eux les risques d’impayés. Par ailleurs, des délais de paiement allongés ont un impact sur les prix pratiqués qui auront tendance à augmenter.

On aura compris que la bonne gestion d’une trésorerie consiste à jouer de tous ces leviers pour tendre vers le bon équilibre entre les différents impératifs qui s’imposent à l’entreprise.