Qu’est-ce qu’un sécundo accédant ?

maison secondaire

Le vocable secundo-accédant désigne les personnes et les foyers qui souhaitent acquérir un second bien immobilier. Que ce soit pour agrandir leur patrimoine foncier ou suite à un bouleversement de leurs conditions de vie, ils sont de nouveau en quête d’un home sweet home.

Qu’est-ce qu’un secundo-accédant ?

Une fois l’acte de vente signé, c’est un saut à pieds joints dans un nouvel univers. Désormais propriétaires, celui qui a apposé sa signature en bas du document profite de tous les avantages liés à l’acquisition immobilière. Absence de loyer, augmentation de sa fortune, patrimoine à léguer à sa descendance, … Les situations des locataires et des propriétaires ne sont aucunement similaires.

Toutefois, suite aux aléas de la vie, le besoin d’une seconde résidence peut se faire ressentir. Après une mutation, un divorce ou autres, le primo-accédant peut n’avoir d’autre choix que de rechercher une seconde résidence, laquelle peut prendre la forme d’une maison, d’un loft ou d’un appartement.

Selon des statistiques parues en 2020, 75 % des secundo-accédants recherchent une maison. Parmi ces derniers, 13 % désirent investir dans du neuf tandis que 87 % sont tombés sous le charme de l’ancien.

À noter qu’il n’est pas nécessaire de vendre sa première maison pour en acheter une seconde. De fait, de nombreux propriétaires décident de louer ou de léguer la première demeure qu’ils ont acheté.

Dans le monde de l’immobilier, le secundo-accédant fascine… Disposant d’un apport personnel souvent plus conséquent, il représente une aubaine pour les mandataires immobiliers. C’est donc tout naturellement que ces derniers se sont évertués à examiner chaque détail de cet intriguant personnage.

Qui est le secundo-accédant ?

En 2016, 20,4 % des emprunts immobiliers étaient le fait de secundo-accédants. Bénéficiant des baisses de taux d’emprunt, ils étaient de plus en plus nombreux à sauter le pas. Après leur premier achat, ils ont été piqués par le virus de l’immobilier et désirent une seconde bâtisse. Mais qui sont exactement ces acheteurs récurrents ?

Démographiquement parlant, le secundo-accédant se caractérise par sa jeunesse. Très loin des clichés populaires, une étude a révélé que 47 % des secundo-accédants avaient moins de 40 ans. En parallèle, ils étaient 34 % à avoir entre 40 et 50 ans et 19 % à être âgé de plus de 50 ans. Selon les experts, l’âge moyen du secundo-accédant est de 41 ans et 11 mois.

Comme mentionné plus haut, seulement 25 % des secundo-accédants recherchent un appartement. Pour les 75 % restants, rien ne vaut la chaleur et l’intimité d’une maison. Mieux encore… 87 % d’entre eux ont craqué pour des maisons auparavant habitées, où résonnent encore les rires des anciens propriétaires.

Disposant d’un revenu mensuel de 5 638 €, le secundo-accédant est mieux loti que le primo-accédant. En effet, lors de leur premier investissement immobilier, la plupart des personnes ne disposent que de 4 093 € par mois. C’est donc un gros avantage financier pour les secundo-accédants. Et c’est loin d’être le seul…

Déchargé des obligations locatives, le secundo-accédant peut se permettre de mettre plus d’argent de côté. En moyenne, il est en mesure d’épargner 54 294 € à titre personnel. À cette somme déjà conséquente, viennent s’ajouter les potentiels 93 360 € issus de la revente de son premier domicile.

Doté d’atouts financiers implacables, le secundo-accédant peut donc prétendre à un emprunt immobilier beaucoup plus élevé. C’est ainsi qu’en 2016, il a emprunté 206 957 € remboursables en 16 ans et 10 mois.

Malheureusement, cette recherche effrénée d’un second bien sonne souvent le glas de la première résidence. 39 % des secundo-accédants se séparent de leur première maison avant d’en acquérir une seconde. Dans 24 % des cas, la vente du premier bien survient dans un délai de deux ans après l’achat de la seconde maison.

En tout, ce sont donc 63 % des propriétaires qui choisissent de se séparer de leur premier bâtiment et seulement 37 % qui gardent leur demeure originelle.

Est-ce que les secundo-accédants bénéficient de meilleurs taux d’emprunts ?

Attention… Répondre à cette question équivaut à marcher sur des œufs.

En tant que tel, le fait d’être un secundo accédant ne donne pas accès à des crédits immobiliers préférentiels. Cependant, grâce à un apport en nature plus élevé et de solides garanties immobilières, le secundo-accédant est capable de souscrire à un crédit moins important disposant de taux aménagés.

Si un primo-accédant se présente à la banque avec un apport personnel équivalent à celui d’un secundo-accédant, il n’aura pas de peine à obtenir les mêmes conditions que ce dernier. Cependant, dans les faits, il est peu probable qu’un primo-accédant dispose d’un tel patrimoine.

Du fait de leur avantage économique, les secundo-accédants ont ainsi plus de facilité à négocier avec leurs banques. À noter que les établissements bancaires ne réalisent pas de discriminations en fonction du statut de l’investisseur immobilier. Primo accédant ou secundo accédant, seul compte le montant de l’apport personnel et la solidité des garanties.

Depuis 2016, les taux des crédits immobiliers ont connu une baisse si considérable qu’il est devenu facile d’y souscrire. Permettant d’emprunter des sommes conséquentes avec des intérêts extrêmement faibles, les crédits immobiliers ont déjà permis à des centaines de personnes d’économiser des milliers d’euros sur leur projet.

En fonction des circonstances, il est possible de dénicher des taux aussi faibles que 1,91 % voire 1,10 %. Pour les secundo-accédants, c’est une occasion en or de trouver un nouveau foyer ou une résidence secondaire.

Simulez votre prêt immobilier
Profitez des meilleurs taux sans engagement, résultat immédiat