Contrat crédit
Simuler mon rachat de crédit
GRATUIT & SANS ENGAGEMENT

Après le décès d’un parent (succession) ou lors d’un divorce, il est courant d’avoir un bien immobilier en indivision ; c’est-à-dire commun à plusieurs personnes. Comment cela se passe, si l’on veut racheter sa part ?

Bien immobilier en commun : quelles sont les différents cas ?

Si un divorce se fait par consentement mutuel, les biais liés à la communauté doivent être liquidés. Deux solutions sont possibles pour les ex époux. Il est possible de procéder à la vente du bien, auquel cas, le fruit de la vente sera partagé. Cela arrive quand les deux époux ; comprenant que la séparation va avoir une incidence sur le niveau de vie ; préfèrent opter pour un partage équitable et repartir, chacun sur des bases saines, au niveau financier.

Mais il arrive que l’un des deux époux souhaite conserver la maison ou l’appartement. La raison invoquée, le plus souvent, est pour éviter un changement de domicile pour les enfants. Il faut alors demander un état liquidatif auprès d’un notaire.

Ce même cas de figure se retrouve quand ; après la mort des parents, des frères et des sœurs héritent de la maison familiale. Si l’un d’entre eux souhaite conserver le bien, il doit racheter la part de ses frères et sœurs. Il est facile de comprendre que l’intérêt de l’un n’est pas l’intérêt de l’autre. Celui qui veut racheter souhaite le faire au meilleur prix (celui le plus bas), alors que ceux qui souhaitent vendre (ou se faire racheter leurs parts), souhaitent en obtenir le plus avantageux ; c’est-à-dire dans ce cas, le prix le plus élevé.

Rachat de la soulte : comment procéder ?

Il faut procéder à de nombreux calculs pour arriver à déterminer le montant de la soulte à racheter. Il est donc préférable de faire appel à un expert impartial (notaire ou agence immobilière) pour faire estimer le bien à sa juste valeur.

Enfin, la personne qui souhaite racheter sa quote-part doit en avoir les capacités financières. S’il veut acheter le bien immobilier, il va devoir, souvent, à moins d’avoir une certaine somme d’épargne, devoir demander un crédit immobilier.

Il est alors intéressant de se rapprocher d’un courtier en crédit immobilier. Ce dernier sera à même de déterminer la faisabilité du rachat de la soulte, au regard de la situation financière du demandeur. Seront examinées avec attention ses ressources, mais aussi l’ensemble de ses charges, pour connaitre son taux d’endettement. Il faut ensuite déterminer sa capacité d’emprunt, pour voir si cela correspond au montant de la soulte.

Enfin, si tous les éléments réunis penchent en faveur de ce rachat, il est impératif de trouver la meilleure offre bancaire, pour l’obtention du crédit immobilier. Le courtier effectuera pour cela un comparatif, pour trouver la meilleure offre pour son client et lui permettre de devenir propriétaire du bien en indivision. Il peut proposer un accompagnement, jusqu’à la signature du contrat et au déblocage des fonds.

 

JUSQUE -60% SUR VOS MENSUALITÉS
Simulation gratuite & sans engagement, résultat immédiat

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. 

*Une opération de rachat de crédits peut entrainer une diminution des mensualités mais également un allongement de la durée de remboursement du crédit et majorer son coût total. Tout courtier, mandataire ou tout intermédiaire proposant des offres de regroupement de crédit doit faire l'objet d'une immatriculation auprès de l'ORIAS, registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance.