Escompte : définition et calcul

escompte

Comment faire face à un déséquilibre de trésorerie en attendant le règlement des factures par les clients ? L’escompte est une solution pour maîtriser le budget commercial d’une entreprise. Qu’est-ce qu’un escompte ? Qu’est-ce qui le diffère du rabais, de la remise ou de la ristourne ? Comment calculer l’escompte ? Faisons le point.

Qu’est-ce qu’un escompte ?

Les escomptes

Il existe 2 types d’escomptes : l’escompte bancaire et l’escompte commercial.

Les escomptes bancaires

Les escomptes bancaires sont accordés par l’établissement financier de l’entreprise. Dans ce cas, cette dernière cède des effets de commerce à la banque, qui à son tour prend en charge le règlement des factures. Cet accord se fait en contrepartie d’une commission.

Par exemple, à la fin du mois de mars, une entreprise facture un montant total de 8000 euros à l’ensemble de ses clients. Or les délais de paiement peuvent créer un déséquilibre de la trésorerie. Grâce à l’escompte bancaire, la banque va régler la somme de 8000 euros à l’entreprise. Lorsque tous les clients auront payé leurs factures respectives, l’entreprise procède au remboursement de l’escompte auprès de sa banque.

Les escomptes commerciaux

L’escompte commercial permet de proposer aux clients de régler une facture plus tôt que la date d’échéance prévue, en contrepartie d’une remise. Cette pratique permet à l’entreprise de maintenir un équilibre dans sa trésorerie.

Pourquoi avoir recours à l’escompte ?

Ainsi, l’escompte peut être considéré comme une forme de crédit à très court terme : une avance sur trésorerie. Que l’entreprise peut acquérir auprès de son établissement bancaire, dans le cadre de l’escompte bancaire, ou qu’elle peut octroyer à ses clients, dans le cadre de l’escompte commercial.

Ce procédé permet de pallier les décalages de trésorerie dus aux délais de paiement accordés aux différents clients de l’entreprise.

Quelles sont les différences entre : escompte, rabais, ristourne et remise ?

Rabais, remise, ristourne, escompte. Les réductions accordées aux clients peuvent prendre plusieurs formes. Mais quelles sont les différences entre elles ?

Le rabais

Le rabais est une déduction faite au client lorsque la marchandise présente un défaut de qualité constaté au moment de l’achat ou lorsque la livraison a été retardée par exemple. Il s’applique à la facturation ou sous forme d’avoir après l’émission de la facture.

La remise

La remise est une réduction offerte aux clients en fonction de la quantité de marchandises ou de prestations de service commandées. Ainsi, plus le client achète, moins le prix à l’unité lui est avantageux.

La ristourne

La ristourne est une réduction appliquée sur le montant total du chiffre d’affaires réalisé grâce à un client. Elle se base sur une période définie : au mois, au trimestre ou à l’année.

L’escompte

L’escompte est une réduction accordée au client lorsque celui-ci accepte de régler la facture avant la date d’échéance.

Comment calculer l’escompte ?

Dans la mesure où l’escompte bancaire est un accord entre l’établissement financier et l’entreprise, sa mise en place est tributaire de l’accord en question.
En revanche, l’escompte commercial est mis en place par l’entreprise et se calcule en 2 étapes.

Étape 1 : calculer le montant HT de l’escompte

Montant HT de la facture x le taux d’escompte = montant de l’escompte HT

Le taux d’escompte entre une entreprise et ses clients, qu’ils soient des professionnels ou des particuliers, est de 0,84 %.

Étape 2 : calculer le montant de l’escompte dû par le client

(montant HT de la facture – montant HT de l’escompte) + (montant HT de l’escompte x TVA)

Il s’agit ici du montant total de la déduction accordée au client en contrepartie d’un règlement anticipé de la facture.

Ce qu’il faut retenir : l’escompte permet de maintenir l’équilibre de la trésorerie d’entreprise. Accordé au client en contrepartie d’un règlement anticipé de la facture, l’escompte permet également de conserver de bonnes relations commerciales avec les clients les plus fidèles.