Peut-on solliciter un courtier pour changer de banque ?

courtier pour changer de banque

Auparavant, le changement de banque s’est révélé comme un véritable parcours du combattant. Cela dit, la plupart des obstacles ne sont plus d’actualité depuis l’application de la loi Macron. Elle est en vigueur depuis le 6 février 2017. Elle avait pour objectif de garantir la mobilité bancaire. Il faut alors se demander si l’intervention d’un courtier est toujours nécessaire.

Le service d’un courtier n’est pas obligatoire

Un client est libre de quitter sa banque pour une autre à tout moment. D’ailleurs, il n’y a pas de mention légale qui interdise cette décision. Les raisons d’une résiliation du contrat sont nombreuses pour le client. Les tarifs appliqués dans sa banque actuelle sont par exemple plus élevés par rapport aux concurrents. Parfois, l’approche est indispensable afin d’éviter de parcourir plusieurs kilomètres. Il se peut également que le client abandonne la banque physique au détriment d’une banque en ligne.

Faire appel à un courtier est aussi facultatif. Il n’aura même pas un rôle-clé dans la révocation du contrat avec la banque. En effet, la mobilité bancaire prévoit uniquement une négociation entre deux banques. Mais pour parvenir à trouver la banque idéale, il est nécessaire de plébisciter un courtier.

Pour changer d’établissements de crédit, le nouveau conseiller doit disposer d’un mandat signé. Il s’agit d’un document qui active l’assistance à la mobilité bancaire. Le client intégrera dans le document son RIB. Le banquier effectuera ensuite toutes les démarches administratives qui visent à solder son ancien compte.

À noter que la fermeture d’un compte est optionnelle. Il suffit de stipuler le choix dans l’acceptation écrite. À cet effet, le client peut détenir deux ou trois comptes en simultané. Le premier peut par exemple servir pour s’acquitter d’une mensualité. L’autre compte sera employé pour recevoir des revenus. Le propriétaire transfèrera ensuite les sommes requises pour un remboursement dans l’ancien compte. Par contre, l’inconvénient résidera au niveau du coût.

La banque se chargera aussi d’informer toutes les personnes en relation d’affaires avec son client. Il est possible de mentionner les débiteurs. Il divulguera notamment les informations du nouveau RIB.

Le changement de banque est effectif sous un délai maximum de 22 jours. Cependant, le week-end n’est pas pris en compte dans le calcul. Le décompte commencera dès lors que les dossiers d’ouvertures sont complets.

Pendant les deux premiers jours, la banque demandera la liste des opérations fréquentes sur le compte du client. Pour cela, elle contactera l’ancien établissement bancaire. Les documents demandés doivent parvenir auprès de la nouvelle banque sur une période de 5 jours. Les domiciliations bancaires peuvent ensuite débuter auprès de divers organismes tels que l’impôt. Les jours restants s’apparentent à un délai d’attente jusqu’à la confirmation.

Quand appeler un courtier ?

L’ancienne banque peut refuser la mobilité bancaire à cause de différents arguments. Le client possède par exemple un crédit en cours. Pour ce cas précis, la solution est de solliciter l’assistance d’un courtier. Il dénichera une banque qui acceptera un regroupement de crédit avec un taux intéressant. Le but de la démarche est de solder la totalité des créances. À ce titre, il n’est pas non plus faisable de partir avec un découvert.

L’utilisation de certains livrets peut également conduire à un rejet. En effet, tous les livrets ne sont pas transférables. Il faut par exemple parler des livrets A. La technique est donc de fermer le compte au préalable. L’acte est souvent payant. L’interdiction bancaire est aussi une raison qui fait capoter l’opération.

Les services d’un courtier sont essentiels quand le client pense transférer ses crédits ou encore son contrat d’assurance. Les deux cas mentionnés sont applicables à la fois sur les crédits immobiliers ou consommations. Comme on peut le constater, le rôle d’un courtier ne se limite pas uniquement aux offres bancaires. Il peut aussi chercher l’assureur adéquat.

En parlant d’assurance, l’âge est souvent un écueil pour ceux qui espèrent souscrire à une assurance bancaire. En effet, les assureurs sont moins enclins à assurer les personnes âgées. Les courtiers peuvent alors agir en dernier recours. Ils conseillent également tout au long du projet.

Comment le courtier travaille-t-il ?

D’après les informations vues précédemment, le courtier peut être sollicité afin de dégoter une nouvelle banque rapidement. Pour effectuer son travail, il est amené à collaborer avec plusieurs banques. Il reçoit des renseignements variés provenant de ces entités. Il est possible d’évoquer les taux d’intérêt à jour de chaque banque de son répertoire. Il est aussi en relation avec les assureurs.

Le particulier peut également opérer les comparaisons alléguées en se fiant à un comparateur en ligne. En revanche, l’interprétation des résultats peut causer quelques soucis. Des fois, il verra seulement que le TAEG appliqué est faible auprès de l’organisme de crédit. Pourtant, certains frais peuvent être chers. Il faut par exemple parler des frais de dossier ou des frais de tenue de comptes. De même, il est recommandé de porter l’attention sur les frais de virement.

Avant de contacter un courtier, il est donc judicieux de connaître ses réels besoins. Le client effectue par exemple d’innombrables transactions à l’international. Il informera alors l’intermédiaire sur ce point. Puis, la recherche sera axée sur les banques offrant zéro frais pour un virement. En règle générale, ce sont majoritairement des banques en ligne qui déploient ce type de formule.

JUSQUE -60% SUR VOS MENSUALITÉS
Simulation gratuite & sans engagement, résultat immédiat