Qu’est ce que l’épiphora chez le chat et quelles en sont les causes ?

Yeux du chat

Lorsque le chat présente un larmoiement excessif, que ce soit d’un oeil ou des deux yeux, on appelle ce phénomène un “épiphora”.

Définition de l’épiphora

Cette pathologie touchant le système oculaire du petit félin domestique peut s’avérer, fort heureusement, bénigne et passagère. Elle peut être due à des griffures reçues par le chat au niveau de son oeil, lors, par exemple, d’une bagarre avec un autre félin. La cause peut également être un corps étranger provoquant naturellement un larmoiement, tel un cil. Il est bon de savoir, en outre, que ce phénomène d’épiphora est plus fréquent chez certaines races félines, dites brachycéphales, que chez les autres.

Cela s’explique surtout par l’anatomie faciale de ces chats, qui ont un museau qui semble renfrogné en permanence et une forme d’yeux naturellement propice au larmoiement. L’épiphora chez le chat peut aussi provenir d’une inflammation au niveau de la conjonctive, qui est souvent due à une allergie. Il est également possible que cette pathologie soit le résultat d’un ulcère de la cornée du chat. Enfin, ce larmoiement excessif peut découler d’un virus, ou encore d’une bactérie.

Quels sont les symptômes les plus courants de l’épiphora chez le chat ?

Le symptôme que l’on constate le plus souvent est bien sûr le larmoiement avec excès au niveau de l’oeil concerné par l’épiphora. Il est, en outre, fréquent de voir le chat atteint de cette affection se frotter l’oeil afin de tenter de dissiper la gêne qu’il ressent. Ce comportement peut aussi être le signe de douleurs au niveau des yeux. L’épiphora s’accompagne parfois d’autres symptômes qui ne sont jamais à prendre à la légère, notamment lorsqu’ils se combinent entre eux.

Il est ainsi possible d’observer un écoulement au niveau du nez du chat, ainsi qu’une toux et des éternuements. Des clignements intempestifs des paupières, qui peuvent devenir gonflées, sont parfois constatés chez le chat souffrant d’épiphora. Enfin, un état général d’abattement peut apparaitre. Dans ce cas, le chat refuse de manger, reste prostré dans son coin. Il semble avoir des difficultés à se mouvoir. Ce symptôme doit toujours être pris très au sérieux, le chat étant par nature, lorsqu’il va bien, un animal plutôt dynamique et curieux.

Comment doit-on traiter l’épiphora chez le chat ?

Tout d’abord, il faut savoir que, même si l’idée de recourir à l’automédication (gouttes, collyre) est tentante, celle-ci est à bannir. En effet, lorsque la cause de l’épiphora n’est pas connue, le fait de tenter de soigner soi-même son chat peut, en dépit de toute bonne volonté, rendre la situation plus grave. Dans le cas d’un épiphora, il est fortement recommandé d’emmener le chat chez un vétérinaire, afin qu’il puisse établir son diagnostic après avoir ausculté le félidé. En effet, étant donné que les causes de cette affection des yeux du chat peuvent varier sensiblement, le traitement ne sera pas forcément le même d’un épiphora à l’autre.

Ainsi, le vétérinaire optera pour un traitement en fonction de la pathologie ayant déclenché l’épiphora, au cas par cas. il est possible qu’il prescrive un collyre, ou même une lotion oculaire, à administrer au petit félin, accompagné, le cas échéant, d’une collerette qui empêche le chat de se gratter le temps que l’affection guérisse. Si l’épiphora provient d’une bactérie, le vétérinaire peut, de plus, prescrire un antibiotique. S’il constate un ulcère de la cornée, le spécialiste pourra suturer, de manière provisoire, la troisième paupière afin que la partie de la cornée ulcérée cicatrise au mieux. Enfin, dans certains cas plus graves et moins faciles à soigner, l’opération du chat est inévitable.

Rapide
Simulez votre assurance chat
DEVIS GRATUIT & SANS ENGAGEMENT